Un tas de feuilles mortes, mais puis le soleil déjà. Le soleil qui dit bonjour pour la première fois depuis des mois, le soleil qui est enfin de retour. Des rues glacées me font tomber, mais en glissant, je vois que, derrière le coin, les fleurs se remettent de l’hiver. Je dégèle enfin, Angèle est là.

Or, que des secondes avant que la glace se transforme en feu. Cette haine, je ne sais pas d’où elle vient, mais elle n’est pas à moi, Angèle, pourtant je le voudrais bien. Je sais que rien ne m’appartient et pourtant… Le désir noir d’être maître d’une autre âme, de contrôler un être vivant. La puissance de la faire vouloir ce que je veux, moi.

En mangeant une fougasse, cela me revient. La croûte, cela excite à première vue, le centre mou, pourtant, est beaucoup plus plaisant lorsqu’on peut passer des heures à le maltraiter avant de le dévorer. Une soif inextinguible de se gérer comme quelqu’un de puissant.

Oh désir délicieux, genèse tant de la passion que de la guerre !

Une âme qui dégèle prend aussitôt le feu.

Les feuilles mortes ne sont déjà que des cendres dans le ciel ; le pouvoir, le contrôle, doux sur la langue de l’homme comme du miel.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s