La souffrance comme ultime instituteur

Elle prend, elle apprend, non : elle instruit

Elle instruit en malprenant, et moi qui fuis

La souffrance comme ultime persécuteur

 

La souffrance aussi comme sauveur

Sanctifiée, elle est noble, voulue

Et le labeur des années, foutu

La souffrance me dérobe de l’honneur

 

La souffrance comme sujet d’art moderne

D’art médiéval, et d’art laid comme on peut

La couronne épineuse, c’est pompeux

La souffrance, oui, c’est mon domaine

 

À la souffrance, de la souffrance s’enchaîne…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s