Je te sentais là, je te touchais et pourtant tu m’échappais

Comme si, pleine de rage et de haine, tu prenais ton épée

Ma largesse et ma grandeur, splendeur de ton esprit libertin

Tu couchais avec pas mal d’autres avant moi ce matin

 

Le ciel s’éclaire après que l’acte soit parfait

Je suis nu, tu es nue, fragile, tu m’as tait

Et le tout c’était juste pour soigner ma conscience

Quoi d’autre sinon pas une grande bienveillance

 

Objet de désir, mais limite aussi

Une journée où on me trompe, une journée pourtant réussie ?

Puis au Japon, en ce moment, mon vrai amour n’en sait rien

Toutes ces émotions, est-ce qu’elles me font vraiment du bien ?

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s